Santé mentale jeunesse : une approche globale

HoPE

« Nous sentons le besoin et l’impact de ce rôle novateur auprès des familles, ce qui confirme la plus-value de l’infirmière clinicienne au cœur d’une équipe interdisciplinaire en santé mentale jeunesse. » C’est ce que répond Joanne Lavoie, infirmière clinicienne, quand on lui demande d’expliquer la nécessité du rôle d’infirmière navigatrice.

L’approche systémique des infirmières du projet HoPE vise autant les enfants à risque de développer une maladie mentale que leurs parents ou leurs frères et sœurs. « Nous ne sommes pas des thérapeutes, nous avons un rôle de décision, d’évaluation, de surveillance, de soutien et d’orientation. Ces familles font souvent face à de grands défis; notre présence est rassurante. », rappelle Geneviève Poirier qui travaille comme infirmière navigatrice depuis bientôt un an.

Joanne Lavoie et Geneviève Poirier étaient présentes au Congrès de l’OIIQ. Voyez leur présentation :

Le projet en bref

Quoi : Bonifier l’accès et la continuité des services en santé mentale, pour les enfants adolescents à risque de maladie psychiatrique majeure grâce au développement du rôle d’infirmière navigatrice en santé mentale jeunesse

Qui : Projet Horizon Parent-Enfant (HoPE) – CIUSSS de la Capitale-Nationale